Le Mont Blanc

Le Mont Blanc, le Monte Bianco italien, massif montagneux et plus haut sommet (15 771 pieds [4 807 mètres]) d’Europe. Situé dans les Alpes, le massif longe la frontière franco-italienne et s’étend jusqu’en Suisse. Il s’étend vers le sud-ouest à partir de Martigny, en Suisse, sur environ 40 km (25 miles) et a une largeur maximale de 16 km (10 miles). Le sommet se trouve en territoire français. Le massif est entouré par les Alpes du Grès (sud), la vallée de Chamonix et les Alpes de Savoie (ouest), les Alpes Pennines (nord-est) et la vallée de Courmayeur (est). Les autres principaux sommets du massif sont le Mont Blanc du Tacul, le Mont Maudit, l’Aiguille du Géant, les Grandes Jorasses, le Mont Dolent et l’Aiguille du Midi.


Les glaciers couvrent environ 100 km2 du Mont Blanc (d’où son nom, qui signifie  » montagne blanche « ). Les cours d’eau glacés s’étendent du dôme de glace central jusqu’en dessous de 4 900 pieds (1 490 mètres). La Mer de Glace, le deuxième plus long glacier des Alpes, a atteint l’altitude de 4 100 pieds (1 250 mètres) en 1930. Au début du 17ème siècle, les glaciers ont progressé jusqu’au fond de la vallée de Chamonix, détruisant ou enterrant des terres cultivées et des habitations. Depuis cette époque, les glaciers ont périodiquement avancé et reculé.

Les scientifiques P. Martel en 1742, Jean A. Deluc en 1770 et, plus tard, Horace Bénédict de Saussure ont été les premiers à attirer l’attention sur la distinction du Mont-Blanc comme la plus haute montagne d’Europe occidentale. Cette désignation a incité les aventuriers à gravir le sommet. Le sommet fut conquis en 1786 par Michel-Gabriel Paccard, médecin chamoniard, avec Jacques Balmat, son porteur. L’exploit de Paccard, l’un des plus importants de l’histoire de l’alpinisme, fut éclipsé par l’ascension de de Saussure l’année suivante. Par l’intermédiaire de Marc-Théodore Bourrit, qui échoua à l’ascension et qui, par jalousie, publia un récit biaisé de la première ascension, le mythe fut lancé que tout le mérite de l’ascension était dû au paysan Balmat.

En plus des alpinistes, le nombre de visiteurs à Chamonix ne cesse d’augmenter ; mais jusqu’à l’ouverture vers 1870 d’une route améliorée, Chamonix reste une station exclusive. La région est devenue le plus grand centre touristique alpin, avec des tramways aériens et des installations pour les sports d’hiver, et son économie pastorale traditionnelle a été complètement éclipsée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *