Découvrir Cartagena de Indias (Colombie)

Les plages, la richesse culturelle et l’architecture coloniale se fondent dans les côtes du pays du bon café offrant des paysages de cinéma.

Des sables blancs, une mer de 7 couleurs, des forêts tropicales et des villes coloniales avec beaucoup d’histoire derrière elles : les Caraïbes colombiennes ont peu à envier au reste des destinations de la région. Des rues pavées de Cartagena de Indias aux plages paradisiaques de Baru et San Andres, un voyage à travers les points incontournables d’un pays où le seul risque est de vouloir y rester pour toujours.

Cartagena, entre passé et modernité

Visiter Cartagena de Indias (ou Cartagena, d’ailleurs), c’est comme faire un voyage dans le temps. Son riche passé colonial se reflète dans son centre historique revitalisé et récupéré et dans la façade de ses maisons colorées, dont beaucoup ont été reconverties en élégants hôtels-boutiques. Fondée le 1er juin 1533 par Pedro de Heredia de Madrid, Carthagène a été pendant de nombreuses années un bastion de la couronne espagnole dans les Caraïbes, fonctionnant comme une porte d’entrée pour les personnes et les marchandises en Amérique du Sud. Déclaré patrimoine mondial par l’UNESCO en 1984 pour sa beauté et sa valeur architecturale, c’est aujourd’hui un musée à ciel ouvert qui se partage entre passé et modernité. La ville fortifiée est le cœur de Carthagène et la raison pour laquelle des millions de touristes viennent en Colombie chaque année. Dans ses rues pleines de couleurs et de pavés, ses balcons en bois avec des Santa Ritas parfaites, ses églises, ses vendeurs de rue, ses monuments et ses forteresses, vous pouvez respirer l’histoire de l’époque coloniale à chaque pas.

Contenus dans les limites d’un mur impressionnant qui protégeait la ville du débarquement des pirates cupides, des restaurants, des boutiques de créateurs et de nombreux cafés ont surgi pour s’asseoir et regarder la soirée tomber sur la mer des Caraïbes tout en écoutant de la musique en direct.

Comment visiter Cartagena ?

La meilleure façon de l’explorer est de se perdre à pied dans les petites rues du centre historique, où la chaleur règne pendant la journée et la brise marine apaise la nuit : des échoppes d’artisanat apparaissent à tous les coins de rue, les palenqueras aux longues robes colorées offrent des fruits tropicaux juteux, et de la musique caribéenne joue tous les soirs sur la Plaza de Santo Domingo, autour de la sculpture La Gorda Gertrudis, créée par Fernando Botero. Tout ce qui s’y trouve est photographiable. Chaque nuit, les lampadaires de la Cité fortifiée sont allumés et créent une atmosphère issue d’un roman d’un réalisme magique. Ce n’est pas pour rien que Gabriel García Márquez l’a choisi comme décor pour El amor en los tiempos del cólera et Del amor y otros demonios. Suivre les traces de Gabo, lauréat du prix Nobel de littérature en 1982, est une façon intéressante de parcourir les rues et les places de la ville fortifiée.

Mais les attractions touristiques de Carthagène vont au-delà de ses secrets, de ses murs et de ses balcons. Parce qu’il dispose d’une excellente offre gastronomique pour goûter aux saveurs nouvelles et exotiques de la cuisine locale et internationale, et d’une importante infrastructure hôtelière, allant des hôtels coloniaux traditionnels et des auberges modernes aux hôtels-boutiques exclusifs.

La Cevichería, à quelques mètres de la Plaza San Diego, est l’un des meilleurs endroits pour déguster des ceviches de poisson, de poulpe et de crevettes ; et le Café del Mar, un point stratégique pour regarder le coucher de soleil tout en écoutant de la musique relaxante (il est bon d’arriver tôt, car les endroits près du mur sont très populaires). Au moment du coucher, les options sont nombreuses. Pour les budgets les plus exigeants, il existe des hôtels cinq étoiles, tels que Casa Pestagua et La Passion, qui proposent des séjours dans d’impressionnantes demeures construites entre le XVIe et le XVIIIe siècle.

Cartagena ne se termine pas à l’extérieur des 11 kilomètres de murailles qui entourent la zone coloniale. En dehors de ses limites, il y a des quartiers qui valent la peine d’être visités : le moderniste Bocagrande, avec ses bâtiments imposants et ses centres commerciaux ; et le bohème Gethsémani – choisi par les jeunes et les routards – avec ses fresques colorées et le célèbre bar salsa Café Havana. S’il y a du temps à perdre, et si la chaleur humide le permet, le château de San Felipe de Barajas est une ancienne fortification datant de 1657 qu’il faut visiter pour comprendre l’histoire de la ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *